Quand la perchévérance paye

Comme à chaque reprise, je me retrouve devant ma feuille blanche à devoir dessiner en 2 dimensions un animal qui, lui, est en 3. Mes yeux ont vite perdu l’habitude, mes mains ne sont plus aussi à l’aise, les premiers traits sont laborieux et maladroits.
Je lutte, je rate, j’aime pas ça.

Mes courbes sont saccadées, mes angles déformés et mes proportions très approximatives. En plus je dessine au feutre, pas moyen d’effacer, chaque trait est définitif, noir sur la feuille immaculée, témoin d’une erreur que je ne tolère pas.
J’aime vraiment pas ça.

Je voudrais l’ignorer mais je peux pas, mon dessin, là, tel qu’il est, n’est pas bon, il faut refaire. Voilà bien 45min que je bosse dessus, si je prends une nouvelle feuille, il faudra tout recommencer, et peut-être encore rater. Est-ce que je vais décalquer ce que j’ai fini par obtenir d’assez juste pour ne pas perdre tout ce travail ?
Quand on décalque, le trait est différent,  il perd en vigueur, le geste premier de sa saisie est biaisé. C’est le dessin entier qui perd en qualité. Et puis, c’est la reprise, quitte à rater autant rester sur ce dessin et tenter de trouver le trait juste dessus, je ferai mieux une autre fois.

Alors je reprends, rectifie. Ce dessin est raté, et si je testais des choses, je n’ai rien à perdre. Je ne finis pas mes traits de contour et passe aux premières nuances d’ombres, ça donnera de la consistance. Les hachures me défoulent, des traits dans un sens, dans un autre, dans encore un autre… pas besoin de précision, ça fait du bien. Mes poignets s’assouplissent, mes yeux s’accoutument, mes doigts prennent en assurance et je reprends confiance.
En ajoutant un trait ici et là le dessin commence à prendre vie. Je tente quelques grisés au feutre fin et voilà qu’il est même pas mal du tout. Si je continue il pourrait être bien finalement.

Alors j’y vais, je varie les techniques, je m’amuse et, en prime, le résultat est au rendez-vous.

Les rares fois où je me suis poussée à continuer sur la même feuille un dessin à priori raté, j’ai été surprise de la qualité du rendu malgré les repentirs visibles.

Dechin à la Grande galerie de l’évolution

Oulala, j’ai fini la semaine sur des chapeaux de roues et n’ai pas eu/pris le temps de poster un article… j’ai même hésité à l’antidater (perfectionnisme, toussa toussa…). Bon, finalement je le fais pas, je ferai un autre article d’ici la fin de semaine pour me rattraper.

J’ai repris le dessin avec ma pote Darkdojy. Et, oh joie, j’ai pas trop perdu la main durant ces derniers mois de pause. Je suis même fière de mon coup de feutre (beh oui je m’interdis le crayon) pour cette remise en train ^^ Et mon assurance va crescendo, c’est très gratifiant.

La preuve en image :

Bubale de coke.
Je suis satisfaite du rendu des cornes ^^
C’est une des rares fois où j’ai dessiné un animal de cette taille en entier. Ça m’a demandé pas mal de temps.
J’ai un peu galéré à retrouver comment faire des niveaux de gris en hachures, ce qui donne par endroits des effets texturés involontaires et explique l’inégalité de rendu sur l’ensemble du bestiau. Un point qui m’a un peu chiffonnée : j’étais placée en contre-plongée pour le dessiner…

Cette girafe a vraiment l’air con, c’est pas que mon dessin qui rend ça. On dirait qu’elle fait la duck face xD

L’hippopotame de l’enfer, mouahahaha, j’adore sa tête. Je me suis beaucoup amusée avec lui (non, ce n’est pas que l’effet de l’évaporation de mes feutres à alcool). J’adore les hachures, ça rend des noirs texturés intéressants et donne tout un panel de nuances.

Je pense tenter la couleur d’ici peu, ça me démange.

Ménache et suite de Faune

Aujourd’hui, exception à la règle, je suis pas allée dessiner au musée. Ça a été l’occasion de faire du rangement et du tri, d’avancer sur des projets…

En vidant mon porte-feuille j’ai rassemblé de tous mes tickets de ces dernières semaines au Muséum d’Histoire Naturelle.

Je trouve ça joli =^^= Les photos de la ménagerie sont particulièrement belles par contre la qualité des photos et le détourage des animaux pour la Grande Galerie laissent sérieusement à désirer ><

Je me décide à avancer la finalisation du projet Faune avec la mise au propre des phrases qu’il a laissées sur son passage. Heureusement que j’avais une « collection » d’anciens  A Nous Paris parce qu’ils ont changé de format cette année et la présentation différente ne me permet plus de récupérer des bandes de papier blanc pour écrire dessus <-_->

C’est en repensant à ce que m’a dit une amie que j’ai réalisé que j’avais jamais terminé cette partie du projet.

Bref voilà un aperçu, la totalité sera bientôt visible dans la partie book ;)

Dechin et car-nez

Derniers croquis de la Grande Galerie de l’évolution :

Cerf Muntjac, Hyène Rayée (elle avait une super bonne tête) et Renard RouxTrio de portraits

Oryx d’Arabie

OryxEt pour changer un peu des terrestres je commence une série d’animaux marins avec le Diable de mer (j’adore ce poisson)

Diable de mer

 

Comme je suis contente du rendu des truffes de mes derniers dessins, Darkdojy m’a donné l’idée de faire un carnet sur ce thème : un carnet de truffes. J’adore ce concept, ça m’amuse beaucoup.

Du coup j’ai commencé mon Car-nez. Je vais en profiter pour tester plusieurs techniques car le papier est un peu trop lisse pour avoir un crayonné agréable. Tant mieux, ça va m’obliger à varier.

Mon premier nez :

Premier nez

Je réfléchis à la couverture que je vais lui faire.